Comment diminuer sa plus-value immobilière ?

6

Pour s’alléger l’imposition d’une plus-value immobilière, il existe de nombreuses options. Bien que réaliser une majoration du prix d’acquisition de votre bien sera la solution la plus simple, vous pourrez également décider de profiter de nombreuses exonérations ainsi que de différents abattements. Voici la façon dont vous pourrez diminuer votre plus-value immobilière.

Ajouter les frais d’acquisition

Pour réduire l’imposition sur la plus-value, vous avez la possibilité de majorer votre prix d’achat des frais supportés lors de l’acquisition. Il est question des frais de notaire ainsi que de la commission versée éventuellement à l’agence immobilière. Si vous n’êtes pas en mesure de justifier ces frais, vous pourrez déduire un montant forfaitaire de 7,5 % du prix du bien.

A lire aussi : Comment calculer sa capacité d'emprunt immobilier ?

Désigner le bien comme un bien principal

Pour diminuer votre impôt sur la plus-value, vous pouvez désigner le logement comme une résidence principale. Par contre, l’administration fiscale pourrait vérifier s’il est vraiment question de votre résidence habituelle. À cet effet, vous devrez présenter certains justificatifs dont la facture d’électricité ou celle liée au gaz par exemple. Il faudra donc que la résidence soit vraiment votre résidence principale. Au cas contraire, vous ne pourrez pas bénéficier de l’exonération sur la plus-value attachée aux résidences principales.

Utiliser les travaux déductibles pour la plus-value immobilière

S’il vous est arrivé de réaliser des travaux au sein de votre logement, vous allez pouvoir en déduire les frais du calcul de votre plus-value immobilière. Il peut être question de travaux de construction, d’amélioration ou encore d’agrandissement. À l’instar des frais d’acquisition, deux solutions s’offrent à vous. Vous pouvez déduire les frais réels réalisés ou encore utiliser le forfait de 15 %. Par contre, la seconde option n’est possible que si le bien est en votre possession depuis plus de cinq années.

A lire également : Comment connaitre le prix de vente d'un bien immobilier ?

Utiliser les autres exonérations sur la plus-value immobilière

D’autres exonérations sur la plus-value immobilière peuvent vous intéresser. Vous pouvez par exemple, profiter de l’exonération accordée aux non-propriétaires de leurs logements principaux, qui vendent un bien, afin d’acheter leur résidence principale. Toutefois, la procédure devra durer deux ans tout au plus. Les non-résidents fiscaux, les retraités ainsi que les invalides profitent également d’exonérations sur des plus-values immobilières spécifiques.

Profiter des abattements liés à la durée de détention du bien

Si vous le désirez, vous pouvez procéder à la revente de votre bien dans les 6 années suivant sa date d’acquisition. Dans ce cas, vous profiterez pleinement d’un abattement sur la plus-value immobilière de 6 % pour l’impôt sur le revenu, ceci jusqu’à la 21e année de détention. C’est un abattement sur la plus-value immobilière qui est réduit à 4 % entre la 22e et la 30e année. Au-delà, vous ne payerez plus d’impôt sur votre plus-value.

Donner vos biens à vos descendants

Si vous ne pouvez bénéficier d’aucune exonération, vous pouvez transmettre votre bien immobilier. Dans ce contexte, la plus-value fiscale est gommée automatiquement. Le bien sort par conséquent de votre patrimoine et entre dans celui de vos héritiers. Vos héritiers à leur tour peuvent se défaire du bien et récupérer le prix de la vente. Ces derniers ne seront pas taxés ou le seront très peu s’ils cèdent le bien à un prix proche de celui qui est retenu lors de la donation. Le principe de donation-cession présente l’intérêt de vous exonérer complètement de l’impôt sur la plus-value.

vous pourriez aussi aimer